Rénovation complète d’une architecture exceptionnelle

Patricia Lunghi
10. Dezember 2019
Foyer de l’Aula des Cèdres (photo : Leo Fabrizio)

Après la restauration en 1995 de sa fameuse enveloppe extérieure, l’Aula des Cèdres à Lausanne, joyau architectural des années 60, est désormais entièrement réhabilité.

Inaugurée en 1962, l’Aula des Cèdres à Lausanne est la dernière œuvre de l’architecte suisse de renommée mondiale Jean Tschumi. A l’avant-garde de la construction de l’époque, ce bâtiment protégé affiche la note 1 d’intérêt national au recensement architectural cantonal et constitue l’un des édifices emblématiques du patrimoine bâti vaudois. 

A la suite de la restauration en 1995 de sa fameuse enveloppe extérieure par Devanthéry & Lamunière intervenus sur sa toiture en voile de béton notamment, les travaux de rénovation intérieure viennent de s’achever. Ce joyau de l’architecture du XXe siècle est désormais entièrement réhabilité et doté d’une intervention artistique novatrice.Exemplaire en matière de développement durable et énergétique, la rénovation intérieure a été confiée à l’Atelier d’architecture Ivan Kolecek. Les travaux se sont concentrés sur le désamiantage, la mise en conformité des installations électriques, de ventilation et de refroidissement des locaux, ainsi que sur le remplacement du mobilier et des équipements audiovisuels et informatiques. 

Salle ronde des jurys (photo : Leo Fabrizio)
Cathédrale moderne

Construit entre 1959 et 1962, l’édifice est exemplaire pour son audace et ses qualités esthétiques telles que la légèreté et la spatialité. Sa fameuse coque hyperbolique aux limites des propriétés du béton est une prouesse technique calculée à l’aide de maquettes et de matrices géométriques. Cathédrale moderne ouverte sur son environnement et principalement sur les éléments les plus précieux du site, le lac Léman et le parc, l’Aula des Cèdres constitue un témoignage exceptionnel de l’architecture des années 60.

A l’occasion de l’inauguration de ce bâtiment emblématique en septembre dernier, le Conseil d’Etat vaudois a également verni l’intervention artistique Magic Window. Voulue sans impact sur le site, la création retenue est une pièce de danse en réalité augmentée qui intègre le mouvement des corps virtuels dans l’espace réel. Créée pour ce lieu par le chorégraphe lausannois Gilles Jobin, l’œuvre est visible par les visiteurs aumoyen d’une application gratuite sur leur smartphone.

Andere Artikel in dieser Kategorie