Take a Walk on the Wild Side

Joanie Goulet
16. marzo 2020
« Stop City » (2007) par Pier Vittorio Aureli et Martino Tattara 

L’espace Archizoom de l’EPFL présente une exposition qui dresse un point de situation sur l’histoire et la théorie de l’agriculture et de l’architecture et offre quelques pistes radicales pour le futur.

De manière générale, à l’échelle globale, les campagnes sont abandonnées au profit des centres urbains en continuelle densification. L’exposition « Agriculture and Architecture : Taking the Country’s Side » invite au mouvement contraire. Sur un air de Lou Reed, l’exposition est un plaidoyer pour le wild side, le countryside. L’architecture et l’agriculture doivent être reconnectées et conjointement repensées. Sur le modèle d’un jardin en permaculture ou d’un monastère cistercien, les espaces et les mondes doivent se réorganiser. Au fil de l’exposition très dense de références et éminemment pertinente dans le contexte d’aujourd’hui, on ressent en toute puissance les origines de la crise actuelle. 

Sébastien Marot est le curateur de cette exposition qui fut conçue dans le cadre de la Triennale d’architecture de Lisbonne 2019. Il enseigne l’histoire de l’environnement à la faculté d’architecture de l’EPFL, à la Harvard GSD et à l’ENSAVT Paris-Est. Selon Marot, l’agriculture et l’architecture sont apparues à la même époque, il y a environ 10’000 ans. Les disciplines ont depuis « co-évolué » avec de longues périodes de coexistence rapprochées et puis de séparation, accentuée avec la révolution industrielle. Une impressionnante fresque de 30 mètres de longueur retrace l’évolution et les épisodes marquants de ces deux disciplines. Elle est complétée par un grand jeu idéologique de 42 cartes organisées en six lignes thématiques. En conclusion de l’exposition et en ouverture sur le futur, on retrouve d’un côté une installation vidéo qui donne la parole à ceux qui ont pris le parti de la campagne et de l’autre côté, une proposition de quatre scénarios de dialectique ville-campagne. Incorporation, Négociation, Infiltration ou Sécession? 

Vue de l’exposition (photo : Luckas Sahli, EPFL)
Photo : Luckas Sahli, EPFL

Sur le même thème, Rem Koolhaas et AMO, le think tank d’OMA, présentent « Countryside, The Future » au Guggenheim à New York. Cette exposition grand public s’intéresse aux vastes territoires situés hors des villes, là où, d’après leur recherche largement documentée, les changements les plus radicaux ont maintenant lieu. Si la pandémie actuelle nous pousse à nous isoler, à nous organiser localement et à réfléchir à l’autosuffisance, les architectes de demain vont-ils pour autant plus s’intéresser à l’agriculture et au countryside?


« Agriculture and Architecture : Taking the Country’s Side », jusqu’au 29 avril 2020 à l’espace d’exposition Archizoom 

« Countryside, The Future » jusqu’au 14 août 2020 au Guggenheim New York 

Artículos relacionados

Otros artículos de esta categoría