Cent ans et pas une ride

 Patricia Lunghi
1. November 2018
Joost Schmidt, affiche de l’exposition du Bauhaus à Weimar, 1923. Image : © 2018, ProLitteris, Zurich
Le mudac de Lausanne présente une exposition sur le célèbre mouvement du Bauhaus à la veille de son centenaire.
Conçue par le Vitra Design Museum et revisitée par le musée lausannois, l’exposition « The Bauhaus #itsalldesign » explore de manière très complète le mouvement issu de la célèbre école fondée en 1919 par Walter Gropius. Le mudac y déploie objets, mobilier, textiles, dessins, maquettes, peintures et photos. Des pièces emblématiques ainsi que des objets de design méconnus, parfois même des œuvres jamais exposées, en abordant différents domaines comme le design, l’architecture, l’art, le film et la photographie.
 
Dense et un brin austère, l’exposition procède par salles thématiques et met en lumière certains aspects moins familiers et intéressants comme la thématique de l’espace développée par le « Staatliches Bauhaus » à travers des projets de danse et de théâtre. Cette partie montre des ébauches de scènes, de décors, de papiers peints et de tapisseries ainsi que des réflexions sur le logement minimaliste.
AYRBRB, « Home '14: Pavilion », basée sur la chambre Co-Op de Hannes Meyer, 2014 © AYRBRB
Expérience totale
Né au début du XXe siècle de la fusion de l’école des arts décoratifs et de l’académie des beaux-arts de Weimar, le Bauhaus a cultivé le rêve d’un art total avec la volonté teintée d’utopie de construire un monde meilleur au lendemain de la première guerre mondiale. Le mouvement voulait former des créateurs d’un genre nouveau, acteurs du changement et capables de réfléchir au-delà du design des objets. Les principes pédagogiques favorisaient le travail communautaire dans une relation unique entre art et société. Les étudiants, artisans, artistes et designers devaient acquérir des bases artisanales, techniques et artistiques, de même que connaître la mentalité humaine.
 
Malgré sa volonté d’établir les bases d’une société idéale, l’ambitieuse utopie sociale du Bauhaus ne s’est pas concrétisée, mais elle a développé un esprit et une réflexion qui se retrouvent aujourd’hui encore d’actualité.  Cette « expérience totale » de la modernité à travers les synergies de l’architecture et de la vie, de la technologie et de l’art trouve écho dans les tendances de design actuelles telles que le  « social design » et le « design thinking » qui appellent à une attitude globale et à la création collaborative au service de la communauté. De plus le concept de synthèse de toutes les disciplines, des arts plastiques, de l’artisanat, de l’industrie, de l’architecture est revendiqué par certaines approches transdiciplinaires en vogue de nos jours.
Enzo Mari, «Proposta per un'autoprogettazione», 1973, Collection Vitra Design Museum. Photo : Andreas Sütterlin
L’héritage du Bauhaus
Le musée lausannois souligne cet ancrage contemporain par des œuvres de designers qui se confrontent de manière directe ou indirecte à l’héritage du Bauhaus. Par exemple le projet « Proposta per autoprogettazione » du designer italien Enzo Mari (1974) qui donnait aux particuliers l’accès direct aux plans constructifs d’une série de meubles facilement réalisables avec des planches et du matériel de bricolage standart. Ou le fauteuil « Wassily » de Marcel Breuer redessiné par Alessandro Mendini avec un nouveau décor camouflage. Cependant on aurait souhaité voir au mudac plus de projets actuels en écho aux œuvres historiques, car l’héritage du « laboratoire de la modernité » comme a souvent été défini le Bauhaus demeure aujourd’hui plus vivant que jamais. Notamment en résonance avec le thème du design social qui s’attache à résoudre le problème des ressources, des moyens de production et mise sur un échange égalitaire entre l’individu, la société civile, l’État et l’économie. C’est dans ce contexte que les architectes, les designers, les artisans et les ingénieurs sont amenés à apporter des solutions, aujourd’hui plus que jamais. En effet, à la veille de son centenaire, la vivacité de l’esprit du Bauhaus et l’engagement social préconisé par l’école sont plus brûlants et vivants que jamais.
Alessandro Mendini, fauteuil Wassily de la série « Redesign di sedie del movimento moderno », 1983, Collection Vitra Design Museum. Photo: © Vitra Design Museum, Jürgen Hans

The Bauhaus #itsalldesign
Jusqu’au 6 janvier 2019

mudac, musée de design et des arts appliqués contemporains
Place de la Cathédrale 6
Lausanne
 

Verwandte Artikel

Vorgestelltes Projekt

Mecanoo

Eurojust (EU agency)

Andere Artikel in dieser Kategorie